DEHUMAN REIGN -Interview- 23/12/2020


29 décembre 2020

dehuman reign logo 1 neg.png (66 KB)

Au cœur de Berlin, épicentre musical de l'Europe où tous les genres se croisent, se trouve un groupe à contre courant avec leur death metal old-school, Dehuman Reign, qui viennent de sortir leur troisième album "Descending upon the oblivious" chez FDA Records. On se retrouve avec Ulf un des guitaristes qui nous raconte leurs récentes péripéties...

DEHUMAN REIGN 2.jpg (136 KB)



Hey ! Un line-up inchangé depuis ses débuts, une décennie de pur death metal sombre, comment expliquez-vous cette longévité sans faille ? Tous les membres travaillent dans le même sens ? Et partagent la même envie de produire de la bonne musique ?

Nous avons tous acquis de l'expérience dans d'autres groupes depuis les années 90 et nous nous connaissons également depuis longtemps, avant même la création de DEHUMAN REIGN. Et oui, nous travaillons tous dans le même sens, parfois il y a besoin de discussions, bien sûr, mais nous partageons généralement la même attitude et le même désir de créer une musique qui nous semble bien.

Cette stabilité nous amène à un EP et deux albums en un peu moins de 10 ans, tous signés chez FDA Records, pas de changement donc, est-ce une force pour vous d'être aussi stables ? C'est de plus en plus rare de tels groupes stables, ça apporte de la sérénité ? Est-il plus facile de travailler en terre connue ?

Nous avons eu la chance d'avoir obtenu un contrat avec FDA Records depuis le tout début du groupe, ce qui nous a permis de sauter la "phase de démo". Nous avons commencé avec un EP, car il nous restait déjà quelques idées de chansons du groupe précédent, dans lequel Ulf (Guitar) et Totte (Drums) jouaient ensemble. Nous les avons utilisés, avons écrit une chanson et demie de plus et les avons toutes enregistrées.

La stabilité de notre line-up est un gros avantage: travailler avec des personnes que vous connaissez depuis longtemps est toujours plus facile et plus confortable, puisqu’il n'est pas nécessaire de perdre du temps à s'adapter à de nouvelles personnes.

Plusieurs années séparent chaque sortie, est-ce la meilleure façon de travailler sur vos idées ? Votre musique n'a pas spécialement changé depuis le début, pourtant vous êtes de plus en plus efficaces, est-ce le résultat d'une attente entre chaque album ? D'ailleurs comment travaillez-vous sur vos compositions il y a plusieurs têtes pensantes ?

Il n'y a pas de raison spécifique pour les écarts entre les albums. Le groupe est un hobby pour nous, nous travaillons tous "9 to 5", la plupart d'entre nous ont des familles.

Nous répétons deux fois par semaine et créons simplement la musique qui nous vient à l'esprit sans aucune pression du label ou de nous-mêmes. La seule restriction est : ça doit être du Death Metal !

Nous pensons que nous avons amélioré les nuances mais généralement nous n'avons pas changé de style. Toutes nos chansons naissent dans la salle de répétition et nous n'avons pas de tête pensante individuelle. La plupart des guitaristes suggèrent des riffs et ces derniers sont discutés et adaptés par nous tous jusqu'à ce que nous les aimions.

DEHUMAN REIGN 1.jpg (108 KB)Situation sans précédent pour ce nouvel album, il est sorti en pleine pandémie mondiale, il a été reporté, avez-vous eu des inquiétudes quant à sa sortie ? Les fans ont-ils répondu présents ?

Bien sûr que nous avons eu des craintes. Il est très inhabituel pour nous de ne pas pouvoir jouer en live pour promouvoir le nouvel album. De plus, notre label FDA Records n’était pas optimiste pour l’avenir lors de la première vague de la pandémie. Pas de concerts, pas de festivals. Pas de métal du tout. Mais dès le début de la prévente, nous avons été assez surpris par tous les retours positifs ! Les réactions ont été incroyables. Nous avons expédié des CD, des LP, des t-shirts et des patchs dans des pays du monde entier. Nous aimerions profiter de ce moment pour remercier tout le monde pour leur grand soutien !

Changement de visuel pour ce dernier, on passe aux couleurs et à un artiste connu pour son travail avec Avulsed, Paganizer, Putrevore, Sorcery ou Vomitory. Un artwork réussi est-il un signe de reconnaissance sur la scène ? Y a-t-il des artworks qui vous ont marqué et qui sont des références dans vos influences ?

Dans les années 90, la plupart des albums étaient achetés grâce à leur visuel. Il est difficile de dire quel impact a la pochette d'un album aujourd'hui. Nous voulions un joli artwork old-school correspondant à nos goûts. C'est ce que nous avons eu grâce à Señor Castellano, avec qui ce fut un grand plaisir de travailler. Nos influences à cet égard sont les artworks de death metal classiques que nous connaissons tous et toutes sortes de films d'horreur, de bandes dessinées et de littérature.

dehuman reign pochette 1.jpg (50 KB)dehuman reign pochette.jpg (511 KB)

Vous prétendez être dévoué au death metal américain des années 90 ? Les années 90 sont-elles la meilleure décennie pour la musique extrême ? Vous ne semblez pas être dans les influences modernes du death metal mais vous avez peut-être d'autres influences qui vous ont apporté quelque chose ?

On a tous commencé à écouter du Death Metal au début des années 90 et tu n'oublies jamais ton premier amour, non ? Le Thrash était également exceptionnel à l'époque. Nous ne pouvons pas citer d'influences spécifiques, bien qu'il puisse y en avoir, mais cela dépend de l'auditeur.

Justement, cette dernière décennie est sous le signe du revival, que ce soit du death metal old school ou du metal en général, qu'en pensez-vous ? On a l'impression d'avoir atteint les limites de la création musicale et donc on revient à l'essentiel, comme au cinéma avec tous les remakes …

Bien sûr, mais c’est un phénomène général. Comme tu dis, il y a des remakes de films, de séries télévisées, de mode, d'art et aussi de musique. Tout va et vient par vagues. Le metal n’est pas épargné. Le secret pour créer quelque chose de nouveau est de copier les choses que vous aimez, de les affiner puis de les améliorer. La pyramide de Khéops n’était pas la première pyramide d’Egypte, n’est-ce pas ?

À côté de ça, il y a des groupes qui ne meurent jamais et qui ne déçoivent pas, justement vous deviez jouer avec Vader en début d'année, comment vivez-vous cette situation où les concerts sont annulés ou reportés sans savoir ce qui se passe ? Est-ce que Dehuman Reign, en tant que groupe, se porte bien ?

Nous allons bien, puisque Dehuman Reign n'est pas notre principale source de revenus. Le groupe reste un hobby pour nous, mais la scène nous manque tout autant que d’aller voir des concerts. En plus, nous ne pouvons pas répéter pour le moment en raison du deuxième confinement cette année, ça craint énormément.

DEHUMAN REIGN 3.jpg (68 KB)

Finalement, tout ce temps libre vous a-t-il servi pour se concentrer sur de nouveaux projets ?

Oui, nous avons déjà commencé à écrire quelques nouveautés qui butent. Nous espérons tous que 2021 sera meilleur que 2020, concernant les concerts et tout ce qui va avec. Merci à tous ceux qui lisent ceci ! Nous sommes en bonne santé et prêts à botter quelques culs en 2021 !

Billy Santana

23/12/2020

Liens :

https://www.facebook.com/DehumanReign

https://dehumanreign.bandcamp.com/album/descending-upon-the-oblivious