NORNES -Threads-


10 juillet 2020

NORNES POCHETTE.jpg (75 KB)

Groupe : NORNES

Titre : Threads

Label : Sleeping church Records

Année : 2020

Moulé dans le même format que son premier Ep « Vanity », sorti en 2018, NORNES confirme non seulement son talent de groupe de doom, indispensable de la scène française à l’instar des excellents Carcolh (dont on attend des nouvelles très bientôt), mais revient en plus avec ce « Threads » pour déverser, à la surface de la Terre, sa musique toujours aussi mélancolique, bien que moins pesante, en étant encore plus inspirée par l’amertume de la vie.

Avec ces quatre nouveaux titres, NORNES se hisse considérablement dans la référence stylistique même si l’hexagone n’est pas forcément dans le trio mondial des pays les plus créateurs en la matière. Cependant, les quatre morceaux présents sur ce nouvel Ep, au-delà de vous donner envie de vous pendre, rappellent beaucoup les ambiances des années 90’s quand le doom, porté par des labels comme Holy Records (pour l’exemple), était une fête du suicide musical collectif reconnue.

Le chant a pris plus de clarté, plus de beauté dans ses lignes, pour mieux coller aux mélodies lancinantes et peut-être moins abruptes, ce qui se constate immédiatement avec « Hurt » et qui se poursuivra tout au long du Ep.

On retrouve bien ces ambiances old school, proches de la Finlande comme celles des groupes tels que Decoryah et leur « Wisdom floats » ou encore Yearning et leur terrible « With tragedies adorned », parce que NORNES, sans tomber dans un doom très funeral, est en recherche permanente de la torpeur et s’il ne prend des groupes cités que l’aspect plaintif poussé à l’extrême, il domine avec brio son énergie pour produire un doom ultra personnel qui avait été oublié de notre scène depuis quelques années.

C’est donc loin du stoner, du drone et de toutes déclinaisons post-apocalyptiques que NORNES vous emmène dans un monde très personnel qui rappelle les années de gloire du doom, pas celui qui est death, pas celui qui est post quelque chose ou celui qui est gothique, mais celui prend aux tripes.

Le son de batterie de « Near Death » et même certaines rythmiques prennent de la splendeur des anglais de My Dying Bride/Paradise Lost de la vieille époque de « Turn » ou « Icon », d’autant plus que justement NORNES commence le morceau dans une atmosphère violente presque black metal finalement, ce qui donnera au Ep ces bouffées d’air indispensables à la survie de l’être humain qui plongera dans les abysses du groupe. Ceci étant dit, les guitares sur ce morceau, ont une saveur particulière à la mélancolie presque heavy, appuyées par ce double chant clair/guttural qui donne le ton.

NORNES ne noircit pas votre tableau car il est déjà bien sombre, mais ce qu’il y écrit dessus prend vie et les grosses rythmiques lourdes qui alternent mort et achèvement de toute espérance de vie, offrent à cet Ep ses lettres de noblesse.

En fait, si le premier Ep ne comportait que trois morceaux, les doomsters ici en ont ajouté un en plein milieu, justement le titre « Threads » qui est un instrumental avec une bande son et un texte parlé tiré du film « Martyrs ».

Pour terminer sur une note de désespoir, NORNES clôt le débat avec « Burning bridges », savant mélange de leurs envies actuelles et de ce qu’ils avaient créé sur « Vanity » ; de la lourdeur, de la noirceur où le chant clair se bat encore avec des guitares litaniques qui consument toute essence de vie, avec un lead brûlant de tourmente, une espèce de synthèse globale du talent indéniable de ce groupe.

Et comme un Ep vaut mieux que deux tu l’auras, il faut juste se dire que NORNES ne produit que de la musique de qualité et « Threads » est le palier supérieur qu’il fallait à « Vanity », pour se hisser vers la transcendance.

Arch Gros Barbare

09/07/2020