TERMINAL CARNAGE -The sickening rebirth-


03 avril 2021

TERMINAL CARNAGE.jpg (31 KB)

Groupe : TERMINAL CARNAGE

Titre : The sickening rebirth

Label : Great dane records

Année : 2021

« Oui, mais à l’époque, il suffisait de regarder la pochette d’un album dans le rayon (qui était déjà pas très grand) pour avoir envie d’acheter l’album »…
Bordel de merde, heureusement qu’on n’est plus à cette époque (non….c’était mieux avant...mais avant quoi?) , parce que là c’est à l’aveugle en mode catalogue Adipocere, Holy records ou
Osmose, qu’il faut découvrir TERMINAL CARNAGE.

Ça ne vous rappelle pas les innombrables noms de groupes qu’on pouvait lire par ordre alphabétique chez ses labels/distros légendaires ? La liste de Holy ou Adipocere avec les petites annotations pour tenter de nous faire découvrir de quoi il retournait. Et on achetait à l’aveuglette ces démos cassettes ou ces albums vinyle ou cd’s dont on n’avait jamais entendu parler.

Ben là , oui, c’est comme ça qu’il faut
aller à la rencontre TERMINAL CARNAGE. Un nom à l’ancienne,death metal évidemment bas du front, un logo….un logo, une pochette, ben une pochette quoi…mélange du jeu house of the dead qui s’est fait piquouser par re-animator, diy par le sieur Stefan Walter, maître à penser de ce duo allemand qui n’a pas commencé à faire du death la semaine dernière.

Et quelque part cet album pourrait être la bande son de ce film de seconde zone très apprécié dans les catacombes à savoir « Alien tampon », du haut de ces trente et une minutes, TERMINAL CARNAGE s’évertue à rendre hommage au death metal des années 90’s de manière honorable, parce que passé l’intro très horror gore movies, TERMINAL CARNAGE propose un death metal basique, rustre, brutasse, qui ne vous donne pas forcément le frisson, mais qui peut laisser couler le houblon bien allègrement.

Le style de ce duo, est relativement ancré dans ce que certains considéreraient de relativement kitch pour du death metal, mais c’est une espèce d’hommage à un death metal assez horrifique, puisque « Involuntary Organ Donor »
au milieu de son atmosphère brumeuse et toxique, au milieu de sa démarche de brute épaisse, se fait mystérieuse avec des passages très cinématographiques au sein de sa colonne verbrutale.

Du coup, attendu que les titres sont courts, l’album en soi fait son boulot, car on a la sensation qu'il  raconte une histoire de l’humanité qui s’est faite « baisée » par sa propre toxicité, une espèce d’auto satisfellation qui a mal tourné avec en prime un vieux jet de « ver » toxique.

On y retrouve quelques ambiances de groupes anglais, néerlandais aussi, un death metal assez gras, plutôt sombre, qui baigne dans son jus.Des titres qui se veulent compacts et oppressants.

C’est pour ça que cet album de TERMINAL CARNAGE passe convenablement surtout sur les titres « Bereaved cry » et « Chaos the new world order ».

Arch Gros Barbare

03/04/2021