BLIGHTMASS 12/01/2020


12 janvier 2020

Death metal, ligne de conduite, premier album, guests et brutalité, voici ce qu’offre ce “Severed from your soul” qui sort chez Great Dane Records, avec Jesse (Ex-Amon) au chant. Pour découvrir la bête et son antre, interview avec ses géniteurs, Nattewølf et Enteronecrophile...

BLIGHTMASS COVER.png (336 KB)

Bonjour, en premier lieu la présentation s’impose, parce que BLIGHTMASS a des membres qui ont déjà passé l’épreuve du feu, à savoir Purgatory Unleashed, Angel’s Sperm, Wolfshade….et vraisemblablement le groupe existe depuis 2014.

De plus, on se demande comment BLIGHTMASS a pu avoir Jesse chanteur de DIABOLIC et ex-AMON album « Liar in wait » au sein de son groupe pour poser ses vocaux sur ce premier album « Severed from your soul » ?

Qu’est-ce qu’il s’est passé depuis 2014 pour que vous changiez de nom récemment ?

[Nattewølf] : Salut à toi. En effet le groupe existait déjà depuis 2014 sous le nom de Purgatory Unleashed. Nous avons changé de nom suite à l’arrivée de Jesse dans le groupe pour plusieurs raisons. Originellement je l’avais contacté il y a plusieurs années concernant l’un de ses projets parallèles pour lequel j’avais beaucoup d’intérêt qui s’appelait « Lull Me To Larvae ». On s’est tout de suite très bien entendu et sommes devenus des amis très proches au fil des années. A l’époque, notre album était déjà en grande partie enregistré et j’avais demandé à Jesse de faire un guest en duo avec notre ancien chanteur sur la chanson « Grave Hatred » (qui s’appelait alors « Braindead »). Impressionné par la performance de Jesse, notre ancien chanteur a décidé qu’il désirait réenregistrer toutes ses parties vocales sur l’album (mécontent du résultat, il les avait déjà ré-enregistré une 1e fois pour situer le contexte). Alors qu’on s’apprêtait à se séparer de lui suite à de nombreuses divergences, il a pris lui-même la décision de quitter le groupe peu de temps après, laissant ses parties vocales inachevées. Etant en visite chez Jesse à Tampa au même moment, je lui ai demandé s’il désirait chanter sur tout l’album, et éventuellement réécrire les paroles des chansons, ce qu’il a généreusement accepté. Une fois l’album pratiquement terminé, au vu de l’investissement de Jesse dans le groupe et de l’intérêt qu’il portait au matériel musical, celui-ci nous a fait la proposition de devenir le chanteur permanent du groupe. A ce moment-là, l’identité même du groupe ayant changé au travers des paroles, sa seule réelle condition était que l’on envisage éventuellement de changer le nom du groupe pour quelque chose de plus sombre. Il a fait cette requête après avoir reçu une réponse mitigée de la scène Death Metal floridienne de Tampa. Aux Etats-Unis, le mot « Purgatory » n’inspire ni la peur ni le dégoût mais plutôt quelque chose de neutre. Globalement, pour lui le nom du groupe se traduisait par quelque chose comme « des esprits évadés qui ne sont pas foncièrement bons mais qui ne sont pas foncièrement mauvais non plus» (tu as l’idée). BlightMass n’était pas sa première suggestion, mais nous sommes resté là-dessus tout d’abord par rapport à la mutabilité du concept ainsi qu’à l’aspect plus impactant du nom lui-même. De plus, ce nom match parfaitement avec les paroles maintenant!

Enteronecrophile (Guitars).jpg (8.88 MB)Alors de quand datent les morceaux présents sur ce premier album, attendu que vous avez tout de même un guest de Ralph Santolla sur « They will listen to the dead » ? Mais également de Olivier Gabriel, ex-Benighted ?

D’ailleurs, pourquoi la présence de Olivier Gabriel sur la reprise de CARCASS « Blackstar » en fait et non sur un de vos propres morceaux ?

Est-ce que chacun a eu liberté totale, notamment Ralph Santolla pour poser ce qu’il avait envie de poser, ou vous aviez un cahier des charges ?

[Nattewølf] : Les premiers morceaux datent du début du groupe en 2014 et l’enregistrement de l’album en lui-même s’est étalé de la mi-2016 à début 2019 après plusieurs changements de line-up et plusieurs ré-enregistrements de l’album. Cet album a été un vrai calvaire à enregistrer, comme s’il y avait une sorte de malédiction sur celui-ci, mais au final on est content du résultat, ça en valait la peine ! Les parties batterie avaient été originellement enregistrées par notre ancien batteur, avant d’être réenregistrées par notre batteur actuel. De même pour les parties vocales comme je te l’ai expliqué, qui ont été enregistrées deux fois par notre ancien chanteur puis réécrites et réenregistrées par Jesse.

Par rapport à « They Will Listen to the Dead », j’avais contacté Ralph afin de savoir s’il était intéressé pour balancer un lead ou deux sur un titre de notre album, ce qu’il a généreusement accepté. Il a enregistré 4 versions différentes de 4 soli situés à différents endroits de la chanson. On a eu qu’à piocher et on en a gardé 2, un qui se situe sur l’intro de la chanson, à la suite du lead d’Enteronecrophile, et le 2e à la suite du mien situé un peu avant le milieu de la chanson. Certains soli restant verront peut-être le jour sur une prochaine sortie qui sait ?! La chanson a été intitulée « They Will Listen to the Dead » par Jesse en hommage à Ralph, qui nous a malheureusement quitté très peu de temps après les avoir enregistrés. Il a bien sûr eu carte blanche pour poser ce qu’il voulait où il voulait sur la chanson. Il m’a simplement demandé l’accordage des guitares, le tempo et de lui faire parvenir la chanson.

Concernant Olivier, je lui ai proposé de faire un guest sur un titre de l’album et après lui avoir mentionné qu’on reprenait la chanson « Black Star » de Carcass, il a immédiatement manifesté de l’intérêt pour jouer sur celle-ci. C’est naturellement que je lui ai proposé d’enregistrer le lead du titre. Rien de vraiment prémédité.

Jechael (Vocals) - 2.jpg (93 KB)Ceci dit , pourquoi « Black star » de « Swansong », à contre courant de tout ce que l’on pourrait attendre quand la guerre raisonne entre les amoureux des premières heures grind, et les amoureux de l’époque death avec Amott, et que le reste du monde ou presque crachait sur « Swansong »à sa sortie  ? Ok, j’exagère à peine...

[Nattewølf] : Personnellement j’aime énormément les époques Symphonies, Necroticism et Heartwork que tu cites mais Swansong reste pour ma part mon album préféré de Carcass, malgré le fait qu’il soit boudé par beaucoup de monde peut-être pour son côté « death/rock » justement. C’est un album très sous-estimé contenant énormément de pépites pourtant, dont « Black Star » bien évidemment. C’est peut-être ce côté boudé et à part qui nous a aussi plu d’ailleurs, va savoir ?!

[Enteronecrophile] : Je trouve que c’est l’album le plus inspiré de Carcass et je ne comprends toujours pas pourquoi il est autant critiqué. J’espère que notre reprise pourra motiver certaines personnes à lui donner une seconde chance ou à s’y intéresser de nouveau. C’est peut-être juste un album qui est sorti au mauvais moment. En tout cas nous avons pris beaucoup de plaisir à travailler cette chanson qui possède un feeling très particulier pour du death.

Nattewølf (Guitars).jpg (918 KB)Le terme de old school death metal qui vous caractérise est aujourd’hui un terme qui malheureusement est aussi devenu un peu fourre tout, mais le death metal de BLIGHTMASS est relativement sombre et il est même plutôt difficile de dire, et surtout d’affirmer que votre death metal soit issu de telle ou telle scène. Donc sans entrer dans la démagogie de dire « on n’a pas d’étiquette », à quel endroit estimez-vous que le death metal de BLIGHTMASS se situe ?

[Enteronecrophile] : Je vais chercher mes influences principalement dans le death européen car je trouve que les riffs se concentrent plus sur l'efficacité et l'ambiance plutôt que sur la technique, contrairement au death américain. Ma principale influence est pour moi l'album « Into the Lungs of Hell » de God Dethroned. C'est le groupe qui m'a donné envie de jouer de la guitare durant mon adolescence. Je me sens également influencé par des groupes comme Hate ou Behemoth qui apportent régulièrement un petit côté martial dans leurs compos. D’une manière plus générale je trouve que l’album sonne plutôt death suédois pour les instruments mais la voix de Jesse est clairement dans un style brutal death américain. Nous allons parfois chercher des petites influences black dans certains riffs (« Severed From Your Soul » ou « To Have Bled the Price ») mais je pense que ces influences seront plus présentes sur le prochain album…

[Nattewølf] : Pour ma part, mes influences vont lorgner du côté des vieux groupes de death old school américain comme Obituary, Deicide ou Morbid Angel tandis que notre son lui va plutôt évoluer vers un son typique old school suédois à la Dismember si on peut dire. Comme précise Enteronecrophile, le chant de Jesse est clairement dans un registre Death américain. On peut également retrouver des influences Black Metal de la vieille scène norvégienne qui donne probablement ce petit côté « sombre » dont tu parles. On a pas « cherché » à avoir ce son ou à ressembler à tel ou tel groupe, il est naturellement venu à nous avec le mélange de toutes nos influences respectives.

Splathammer (Drums).jpg (7.58 MB)A l’écoute de ce premier album, on se rend compte que BLIGHTMASS effectivement n’oublie pas certaines bases qu’on pouvait trouver dans les vieux albums d’époque, avec introduction plus pesante comme sur le morceau « Severed from your soul » , mais surtout des intros et outros telle que « Pale child » et « Visions of desolation ». Souvent on n’oublie que le death metal au-delà de son état d’esprit est aussi une musique horrifique qui permet de poser un décor, une atmosphère morbide, malsaine et lugubre. Alors évidemment ce qui a pu vous sembler évident, ne l’est pas pour tout le monde. Est-ce que selon vous les intros et outros demeurent une condition indispensable d’un album pour matérialiser son histoire, son environnement ?

[Enteronecrophile] : Sans être indispensables, je trouve qu’avoir une intro et une outro apporte un petit plus dans l’ambiance générale de l’album. J’apprécie les groupes qui travaillent l’atmosphère de leurs albums pour donner une certaine cohérence sur l’ensemble des chansons. Je suis d’accord avec toi, on a tendance à associer « ambiance » et black metal, mais il y a pourtant de quoi faire dans le death (Necrophagia, Hypocrisy ou même Deicide en sont de bons exemples). J’aimerais travailler cet aspect encore plus sur nos prochaines chansons.

[Nattewølf] : Tu as tout à fait raison ! Je ne dirais pas non plus qu’une intro et une outro soient indispensables à un album mais ça permet de planter le décor de la musique qu’on essaie de développer, un peu comme si on observait le calme avant et après la tempête à travers une sorte de voile un peu sinistre. On essaie de lier nos intros et nos outros aux chansons qui leur sont juxtaposées pour avoir une certaine cohésion, elles n’arrivent pas toute seule comme un cheveu sur la soupe. Ça permet d’alterner des compos très puissantes ou très lourdes avec des instrumentales beaucoup plus posées et ambiantes qui permettent de donner du relief à l’album.

Ullerkens (Bass).jpg (3.89 MB)Je reviens sur la présence de Ralph Santolla sur « They will listen to the dead », à partir de ce titre sur le dernier quart on a l’impression que BLIGHTMASS a mis les morceaux les plus malsains, les plus rapides en comparaison, avec « My embrace », « Destruction inevitable » qui ne prenaient pas tant de vitesse . D’ailleurs de cette ambiance plus posée, et presque martiale comme sur « Misery for martyrdom » , on a la sensation que vous prenez de la vitesse au fur et à mesure que l’album avance en fait ? Qu’en est-il ?

[Enteronecrophile] : L’album étant assez long, mettre les morceaux les plus rapides à la fin permet de maintenir l’auditeur en haleine jusqu’au bout.

[Nattewølf] : Mettre nos titres rapides à la fin nous permet de faire monter la pression jusqu’à la déflagration finale en un sens, se clôturant par le titre ambient « Visions of Desolation » qui permet de faire retomber tout ça en ayant une sorte de sensation de contemplation d’un paysage désolé après l’album.

Le petit moment pour souffler restera le morceau « Severed from your soul » en milieu d’album encore plus noir, encore plus horrifique que le reste de l’album et qui caractérise certainement bien le cover art de Moon Ring design. Et là encore une fois BLIGHTMASS prend surtout une dimension puissante et pachydermique, presque étouffante pour balancer ses ténèbres, alors on en vient à se demander : est-ce que la vitesse est synonyme pour vous d’efficacité en terme de death metal ?

[Enteronecrophile] : La vitesse est importante pour faire un bon album de death mais un album qui ne balance que du blast beat peut vite devenir indigeste. Savoir ralentir sur certains morceaux permet d’aérer le CD et de lui apporter plus de profondeur. C’est également sur les passages plus lents que l’on peut le plus travailler les ambiances. Après un ralentissement les accélérations sont encore plus percutantes. Nous prenons énormément de plaisir à jouer ce titre en répète ou en concert. C’est le morceau le moins rapide, le moins technique et pourtant il fait personnellement parti de mes favoris…comme quoi un bon feeling est plus important que de la branlette de manche jouée le plus vite possible.

[Nattewølf] : Pour moi le Death Metal n’a pas forcément à être un enchaînement de compos ultra rapides mais plutôt un style permettant d’alterner entre la vitesse, la lourdeur et même l’ambiance, comme pour beaucoup de groupes de l’époque où les thèmes étaient souvent liés à la Sci-Fi ou à des civilisations passées et qui avaient justement pas mal de titres dans cet esprit (écoute Domination de Morbid Angel, Nocturnus ou Acheron par exemple !). Certes la vitesse fait partie intégrante de ce style musical mais il est tout indispensable pour moi de savoir ralentir sur certains titres afin justement de donner un sentiment d’accélération d’autant plus important aux parties rapides. Tout est une question d’équilibre afin de donner du relief au tout. Personnellement je m’ennuie sur des albums qui ne vont que dans un sens ou dans l’autre. J’aime cette dualité justement énormément présente dans le Death.

Sans être ingé son, on comprend quand même que la production est assez massive dans son cadre général et que même si les guitares donnent cet effet de puissance,  il semble surtout qu’il y a eu un gros travail sur le son de la batterie déjà qui n’a pas le son d’un trigg intergalactique, mais malgré tout qui a la part belle tout au long de l’album , alors dans quelles conditions avez-vous réalisé cet album ?

On sait bien aussi que ça n’a peut-être pas dû être évident au niveau de l’enregistrement des vocaux, et la distance ?

[Nattewølf] : Je me suis occupé de l’enregistrement (excepté les parties vocales que Jesse a enregistré chez lui à Tampa), du mixage et du mastering. Les guitares et la basse ont été enregistrées chez moi, quand à la batterie on l’a installé ainsi que le matériel d’enregistrement dans le home studio insonorisé d’une connaissance de notre batteur qui habite près de chez moi. Concernant les parties vocales, ça n’a pas été si compliqué que cela. Jesse a tout enregistré chez lui (lead et back vocals), a prémixé tout ça et me les a envoyées afin que je les intègre au mix final que j’ai ensuite masterisé dans mon home studio. On voulait justement avoir un son assez old school dans l’ensemble et ne pas avoir cette espèce de même recette chimique que semble avoir une bonne partie des groupes ultra modernes où pratiquement tout semble sonner de la même manière. On voulait récupérer cette atmosphère un peu glauque et malsaine que l’on retrouve dans les albums de la fin des 80’s, débuts des 90’s, tout en modernisant un peu cela évidemment. Récupérer les qualités des deux écoles afin d’obtenir le meilleur des deux mondes comme on dit ! Le résultat est qu’on a ces guitares et cette basse qu’on a essayé de faire sonner très « swedish », accompagné du chant de Jesse qui est lui très influencé par le death old school floridien. On a ensuite essayé d’allier le tout avec une batterie ayant des parties fûts très défini et précise, compensé par un son de cymbale plus chaotique donnant une ambiance plus étouffée et caverneuse au reste.

[Enteronecrophile] : Ecoute notre première démo sur Bandcamp que Nattewølf avait également enregistrée et mixée et tu auras une idée des progrès de dingue qu’il a fait en peu de temps. Il m’a bluffé. C’est également super confortable d’enregistrer chez son pote sans avoir la pression d’en faire le plus possible pour optimiser le temps disponible en studio.

Bon, vous avez l’air cependant de ne pas faire les choses à moitié, puisque c’est un album que vous avez décidé de sortir immédiatement sans passer par la case démo, mini ou EP, et de plus vous avez organisé une mini-tournée dans le sud-ouest et le sud. Alors balance nous les dates et les endroits qu’on puisse dispatcher la bonne parole. Mais aujourd’hui où tout est démmerde toi tout seul pour tout faire, comment s’organise un groupe underground qui vient de sortir un album et qui veut brasser quelques dates sur un trajet bien défini ? En matière de finances, de temps, d’organisation tout simplement mais surtout de contacts, parce que c’est ça aussi qui permet aux groupes de subsister, cette entraide ? Vous avez plus contacté des groupes ou des asso pour pouvoir réaliser cette mini tournée ?

[Nattewølf] : En fait nous avons sorti 2 démos ainsi qu’un EP 3 titres inclus sur un split album sous le nom Purgatory Unleashed ! La 1e démo intitulée « Pathways to the Voïd » était un 2 titres contenant les titres « When He Wakes » et « My Embrace » (sortis à l’époque sous les noms « Buried Alive » et « Black Death ») sur lesquels je suis à la guitare et au chant. La 2e démo intitulée « Darker Pathways » n’est ni plus ni moins que la 1e démo avec les vocaux ré-enregistrés pour l’occasion par notre ancien chanteur (celui qui m’a succédé quand j’ai préféré me concentrer sur la guitare uniquement). Quand à l’EP 3 titres inclus sur le split album « The Fallen » (avec les groupes « Angel’s Sperm » dont tu parlais tout à l’heure d’ailleurs et un autre groupe de notre batteur « Temple of Worms »), il s’agit globalement de pré-production assez primaires de notre album « Severed From Your Soul » avec notre ancien chanteur et notre ancien batteur. Pour la tournée c’est ma conjointe, que je remercie énormément par ailleurs, qui l’a organisé de A à Z ! Ça faisait un petit moment qu’on en parlait et elle a commencé par nous demander dans quel coin on souhaitait tourner, puis a dessiné une ébauche d’itinéraire réalisable avec des villes susceptibles de nous accueillir. Une fois l’itinéraire défini elle s’est occupé de contacter les salles et les assos intéressées dans chaque ville de l’itinéraire puis les groupes jouant dans un registre similaire afin de créer les affiches.

Concernant les dates de notre tournée XMass Tour, les voici :

  • 25 Janvier à Clermont-Ferrand au Raymond Bar

  • 26 Janvier à Bordeaux à l’Antidote

  • 27 Janvier à Toulouse à la Cave à Rock

  • 28 Janvier à Nîmes au London Tavern

  • 29 Janvier à Marseille à la Salle Gueule

  • 30 Janvier à Fréjus au Monster’s Art

  • 31 Janvier à Antibes à la School

  • 1e Février au Lyon au Rock N’ Eat

BLIGHTMASS CONCERT.jpg (376 KB)

Avant de partir, merci encore pour ces quelques mots, et n’oubliez pas de balancer vos liens, votre merch pour ceux qui veulent vous soutenir.

[Nattewølf] : Merci à toi. Vous pouvez nous suivre sur nos pages Facebook et Instagram ou notre chaîne YouTube. Quand au merch, vous pouvez le trouver sur notre site officiel www.blightmass.com ou nous envoyer directement un message sur notre page. A bientôt, merci et j’espère qu’on se verra sur l’une des dates du XMass Tour !

[Enteronecrophile] : Merci à toi pour l’intérêt que tu portes au groupe. Et merci à notre Label Great Dane Records qui nous apporte de la visibilité depuis la sortie de notre album.

Arch Gros Barbare

12/01/2020