SLAVE ONE -Interview 09 09 2022-


12 septembre 2022

SLAVE ONE LOGO 1.jpeg (970 KB)

Certainement un des groupes français les plus atypiques actuellement dans l’univers du death metal français, avec cette facette dissonante qui les rapproche de la particularité Gorguts actuelle, SLAVE ONE travaille sur les sorties à venir. Toujours avec une esthétique irréprochable et un sérieux tellement paradoxal par rapport à leur verbiage authentique, c’est avec amitié que nous avons pu recueillir ces quelques mots à Seb (batterie et dictateur)...

SLAVE ONE 4.jpg (40 KB)

Salut, à toi, la rentrée est enfin là, mais faisons un petit retour sur l’été, comment s’est il passé pour vous, et surtout ce début d’été, parce que vous avez participé au Gatinaicticut ? Alors cette nouvelle édition a-t-elle tenu ses promesses ?

Salut David, le Gatinaicticut a plus que tenu ses promesses: belle affluence, des groupes de qualité et surtout une très très bonne ambiance. Nous sommes franchement ravis par cette édition. Les frères se sont encore une fois montrés à la hauteur de l’événement.

Nous avons pu revoir les potes de Nephren-Ka et les collègues fidèles au poste : Laurent, Jacky, Damien , les vieilles gardes orléanaises, bref, un énorme souvenir pour nous.

SLAVE ONE OMEGA.jpg (50 KB)

Deux ans après la sortie de votre second album « Omega Disciples », qui vous a peut-être donné vos lettres de noblesse, comment se porte SLAVE ONE ? Il me semble que vous préparez une sortie pour bientôt, je ne sais pas si c’est une surprise, mais si l’on peut parler de cette réédition, explique-nous le pourquoi déjà, mais aussi le comment et ce qui est prévu dessus visuellement, niveau production ou bonus ? Parce que vous aimez bien faire une petite reprise que l’on n’attend pas...

Le groupe a été mis en veille en début d’année suite à quelques problèmes personnels. J’ai repris du poil de la bête et ai remis le pied à l’étrier. On prépare la réédition de notre premier album avec l’EP Cold Obscurantist Light en bonus. L’album été remixé, les guitares retouchées ainsi que la batterie. Le visuel est prêt. On espère le sortir pour l’automne.

C’est JC du Underwave Studio qui l’a retouché d’initiative. Il nous a envoyé le résultat et vu quand cela sonnait, on s’est dit que l’on pourrait le sortir pour arnaquer un peu les gens, faire du fric sur leur dos.

SLAVE ONE COLD.jpg (49 KB)SLAVE ONE DISCLOSED.jpg (49 KB)

Et sinon un nouvel album ou un nouvel ep en finition d’écriture ou pas ? Parce que si cette réédition est une transition pour faire patienter, cela veut-il dire que l’on n’attendra rien en terme de nouvel album avant deux ans encore ?

Le nouvel album est entièrement composé. On va rentrer dans la phase où l’on peaufine le tout et où l’on va caler le chant. Niveau timing, on aimerait l’enregistrer première moitié 2023 mais plusieurs facteurs rentrent: l’état des finances du groupe (pas de langue de bois, c’est le facteur déterminant numéro un), label prêt à nous suivre etc. Il va donc falloir attendre un peu.

SLAVE ONE 3.jpeg (10 KB)On s’aperçoit au fil des années, que SLAVE ONE à chaque étape prend en brutalité, sans en perdre évidemment ce côté dissonant, qui est devenu aujourd’hui une espèce de signature du groupe. Alors du coup, comment vous voyez vous l’évolution de SLAVE ONE, c’est assez compliqué parfois d’évoluer dans un registre, même s’il est naturel pour vous, mais qui peut être très difficile à appréhender pour d’autres esprits plus...  « basiques » ?

Les nouvelles compositions poussent certains aspects musicaux développés sur Omega Disciples encore plus loin. Tout ce que je peux dire c’est cela plus noir et rentre-dedans. On a peut-être tendance à délaisser le côté prog et pseudo « technique » du premier album. De mon côté, le jeu de batterie évolue et devient très basique. On va mettre en avant le chant de Tarvos. C’est dur de parler de morceaux que l’on n’a pas encore enregistrés.

Aujourd’hui SLAVE ONE est il plus une histoire d’amitié et fraternité avant d’être une histoire de musique ? Parce que lorsque l’on vous écoute, lorsque l’on voit votre humilité cachée derrière votre humour décalé pour ne jamais paraître suffisant ou condescendant,on voit une grosse bande de copains, qui se sont unis pour pratiquer un art dans lequel ils s’épanouissent, bien qu’ils en perdent leur cheveux...Alors du coup, est-ce que le line-up n’aura jamais aussi stable que ces trois dernières années ?

Très très fier de ce line-up qui comme tu le dis est presque une affaire de famille. On se voit en dehors des répétitions pour raconter nos conneries. Il est vrai que cela crée une dissonance entre l’imagerie développée par le groupe et notre humour pouet-pouet. Que veux-tu, on ne va pas tirer la gueule dès que l’on descend de scène. C’est vrai que j’ai tendance à débiter connerie sur connerie lorsque l’on a fini de jouer. C’est ainsi mon cher David. On perd nos cheveux, on prend du ventre mais on prend du plaisir à jouer ce style et à s’investir sans prise de tête. Que ceux à qui cela ne plaît pas passent leur chemin ( ils se reconnaîtront).

SLAVE ONE VERMIN.jpg (42 KB)

Déjà treize ans d’existence, deux albums, deux EP, un clip vidéo, et une démo « Vermin », que les amoureux du groupe, veulent tout de même posséder, parce qu’on sait que les fans de metal extrême sont des die hard, mais quel regard portes-tu aujourd’hui sur cette première démo ? La plupart des groupes ont souvent cette pensée un peu honteuse, de riffs à la Jean-Michel à peu près, ou à la Jean-Claude Je fais de la merde ; mais certains ont quand même ce regard nostalgique en rapport avec une époque, mais aussi avec les premiers pas qui ne présageaient rien de la longévité du groupe. Alors qu’en est-il pour toi ?

Vermin est la rencontre de Jean-Michel on remonte un groupe avec Gérard je ne sais pas comment marche l’enregistreur. On a repris du service avec cette démo donc elle est importante à mes yeux. Mais il faut se l’avouer c’est mal joué , les morceaux ne sont pas terribles, j’ai une voix de merde…. Par contre, je ne pensais pas que ce projet nous amènerait à sortir deux albums , qui plus est sur un label.

SLAVE ONE 5.png (134 KB)S’il est une chose pour laquelle on ne peut passer à côté chez SLAVE ONE, ce sont les visuels et le travail réservé à celui-ci. Le travail réservé aux détails, à une qualité de présentation irréprochable et poussée jusqu’à l’extrême. On peut parler de « Disclosed », « An abstract » ou encore « Omega », SLAVE ONE a toujours travaillé son image froide, glaciale, sombre et stellaire. C’est le cas aussi pour vos booklet, quand on regarde celui de « Omega » et tous les artworks à l’intérieur. Alors qu’elle est la place réservée aux artworks , quel est le temps de la réflexion que vous donnez à cela ? Parce que rares sont les groupes qui présentent quelque chose d’aussi fouillé, même sur vos t-shirts, c’est pensé, repensé moult fois. Du coup qui s’occupe vraiment de ça, et qui en donne le dernier mot avant mise en production ?

C’est moi qui me penche sur cet aspect du groupe, c’est mon côté dictateur. J’aime avoir un contenant qui a du sens, plein de détails. Je suis sûr que comme moi, dans les années 90 , tu lisais le livret des cds que tu achetais entièrement, que tu cherchais des détails , des petites subtilités. Je veux garder cet aspect dans nos artworks et nos livrets. Les gens achètent un objet pas seulement de la musique. Si ton livret est pété, autant télécharger les morceaux en MP3.

Quelque fois les idées jaillissent rapidement, d’autres fois , ça prend des semaines.

Je suis sur le concept du troisième album, l’idée est là mais cela ne veut pas se matérialiser. Je creuse depuis des semaines. Pour l’artwork du nouveau t-shirt, il a été fait en une heure. Pas de règle.

Vous est-il déjà arrivé d’ailleurs au dernier moment de changer in extremis quelque chose dans vos visuels ou c’est immuable ? Est-ce que vous agissez de la même manière dans l’écriture et l’enregistrement de vos morceaux ?

Pour les visuels quand c’est décidé, cela ne bouge plus. On n’a jamais eu à faire de modifications de dernier moment. Pour les morceaux, on triture un peu les structures en ce moment mais au moment de l’enregistrement peu d’expérimentation pour les instruments. Pour les voix, on a essayé quelques trucs en studio sur Omega.

Quand on écoute « Omega Disciples », sorti il y a deux ans donc, et qu’on prête de nouveau attention, encore une fois, aux détails, mais ici de la musique, notamment sur « Shapers of the inconsistent horizon », on s’aperçoit qu’au delà du death metal, de la technique, de la dissonance, du côté sombre de la force, vous savez aussi créer une atmosphère nettement plus heavy et mélodique, chose plutôt rare chez SLAVE ONE. Est-ce que ce genre de passages, est un exercice plutôt isolé, ou quelque chose que vous aimeriez plus approfondir sans tomber dans le sirupeux évidemment ?

Exercice isolé sans hésitation. Comme je l’ai dit plus haut, 2022 n’a pas été rose pour moi donc n’attend pas de passage mélodique sur le nouvel album. Ca sent la vase et ça pique les oreilles (peut-être même trop).

SLAVE ONE 2.jpeg (8 KB)On peut revenir un peu sur la sortie de votre vidéo « The stanzas of dzyan » single sorti en 2021 ?
Vous avez là encore bossé, vraiment dans le détail, dans la profondeur et la noirceur. Alors d’où vient ce titre, vu que l’on a ouïe dire qu’il est basé sur le travail d’Helena Blavatsky et qu’en plus cela fait pénétrer votre musique encore plus dans la dissonance ?

Est-ce que SLAVE ONE se rapproche des mondes tels que ceux des derniers Gorguts quelque part ?

The Stanzas of Dzyan correspond à la ligne directrice musicale et thématique du nouvel album, toujours avec cet esthétisme léché. On s’est fait chier à tourner le clip, crois-moi. Du fait maison à 200%.

Effectivement on m’a déjà fait remarquer que les nouveaux morceaux rappelaient Gorguts. Je ne vais pas cracher dans la soupe, je trouve que c’est une belle référence.

Donc que représente la somme de travail de cette vidéo, et quel est son message spirituel ?

Et quel rapport spirituel entretenez-vous avec Helena Blavatsky ?

La vidéo décrit un rite initiatique, la transmission d’une idéologie ( avec tous les côtés pernicieux qui s’y infiltrent). On voulait quelque chose d’esthétique, d’original.

Concernant madame Blavatsky, elle était bien cintrée mais a réussi à embobiner pas mal de disciples avec ses théories exotiques.

Tu as là une clé pour comprendre la thématique du troisième album.

SLAVE ONE 1.jpeg (10 KB)En fait on se pose la question intérieurement, de comment vous faites pour avoir autant de profondeur et de spiritualité dans vos paroles, votre musique vos visuels, et autant de légèreté dans vos interviews vidéos… ? Qui êtes-vous ?

Des fans de la Soupe aux choux.

On dissocie le côté musical et scénique du reste.

Je sais que cela choque lorsque l’on écrit des textes si sérieux et que l’on raconte autant de conneries en interview. Mais il en est ainsi mon bon David.

Ok, question qui n’a rien à voir mais on sait que SLAVE ONE est fan de Star Wars, mais Thanos n’est il pas autrement plus imposant, et plus puissant que Palpatine ? En fait s’il n’y avait pas eu la science fiction les warhammer , auriez-vous fait de la musique extrême comme vous la faites aujourd’hui ?

Non, la denrée est plus puissant que Thanos surtout lorsqu’il est accompagné du Glaude.

Plus sérieusement, on a baigné dans la SF, Nico, Ben et moi. C’est de cette substantifique moelle que nous nous sommes nourris, ivres du nectar dégusté à la lamelle du vidéo-club local.

Pas de S-F, de films de série Z et de Soupe aux choux, pas de SlaveOne la Monique.

Puisque l’on parle de faire de la musique, le but pour beaucoup, s’est de jouer sur scène, où en est SLAVE ONE pour l’automne ? Est-ce que l’on pourra vous voir sur les planches avant que l’electricité ne nous coûte un bras et deux orteils ?

On a quelques plans que se confirment mais on va surtout plancher sur les nouveaux morceaux.

SLAVE ONE DESSIN.png (416 KB)

Vous avez récemment sorti un nouveau t-shirt, d’une beauté rare, et une veste zippée pour les die hard et les moins die-hard, est-ce qu’il en reste encore, pour les retardataires ? Si oui, où et comment ?

Non, c’est sold-out mon bon ami mais si la populace avide de produits dérivés et de zippers d’une rare beauté l’exige nous en feront imprimer de nouveaux.

SLAVE emblem white jpeg.jpg (40 KB)

Il est temps pour les disciples de faire le bout de chemin seuls, alors avant de se quitter, qu’as-tu envie de dire aux suiveurs de SLAVE ONE, aux potes de SLAVE ONE, aux acheteurs de SLAVE ONE et aux détracteurs de SLAVE ONE ?

Comme le disait le bombé: « Le Glaude… Mon eau, elle a une température de haute précision pour le perniflard…au degré près. Si c'est glacé, ça tranche l'ventre... Mais là... Ça te descend dans les boyaux comme la rosée du matin sur les feuilles. » Un peu comme un album de SlaveOne.

La bise à la Monique .

Arch Gros Barbare

09/09/2022

Liens :

https://slaveone.bandcamp.com/

https://www.facebook.com/SlaveOneMetal

https://www.youtube.com/channel/UCiZe1-aeiP5kIx6fnuJgsrQ

https://open.spotify.com/artist/6AoNGnq85kqb1wLlQpw76T