ANTAGONISM -Interview 17/09/2022-


26 septembre 2022

logo Rouge blanc bandeaux.png (61 KB)

Le thrash on n’en parle jamais assez, véritable pont entre le heavy metal et le death metal, on retrouve tout le côté extrême avec une violence agressive mais pas obligatoirement brutale. Et parmi les groupes français qui ne cherchent pas à plonger vers le 3.0, il y a ANTAGONISM. Malgré leur jeune âge, ces musiciens possèdent une réelle aptitude à écrire du riff pur thrash. En provenance de Toulon, avec un ep , puis un album sorti en pleine crise du covid en 2020, le groupe prépare un nouvel album dont voici un avant goût. Interview avec Raphaël (batterie)...

Photo_0132.jpg (37 KB)

Salut à toi, le groupe n’étant pas très vieux, tu peux déjà nous le présenter attendu que votre formation est de 2016, si je ne m’abuse, et qu’en plus vous avez déjà eu un changement de bassiste…

Salut à tous ! Effectivement ANTAGONISM est une formation relativement jeune, autant en moyenne d’âge (24 ans) qu’en durée de vie, le groupe à été formé en 2016 par le regroupement de deux projets, l’un émanant de Renan (Basse / choeurs) et Moi (Raphaël, Batterie) ; l’autre de Dylan (Guitare Rythmique / Chant lead) et Félix (Guitare Soliste).

Après le démarrage du projet Renan n’avais plus la flamme et a préféré quitter le groupe en sachant qu’il ne serait pas investi à 100 %. Kévin (Basse 2017-2019) rejoint le groupe et fît un travail mémorable, mais les projets du groupe en 2019 étant trop ambitieux pour lui et il préféra lui aussi quitter la formation. C’est alors que l’enfant prodige a.k.a Renan « ulcer » Garriguenc accepta de réintégrer le groupe, ayant réalisé que sa vie sans musique et sans nous (oui oui) n’était que vide de sens...

Depuis, le line up reste inchangé et nous avançons contre vents, marées et épidémie mondiale, hahaha !

A notre actif un EP « Thrashocalypse » (2018) et un album « World On Disease » (2020). Thrashocalypse avait reçu un très bon acceuil lors de sa sortie, et World On Disease était près à suivre le même chemin, malheureusement nous l’avons sorti le 29 février 2020, soit presque 3 semaines avant un état d’urgence sanitaire qui allait durer 2 ans. Nous étions en pleine tournée française au moment du premier confinement qui eut pour conséquence l’arrêt total de groupe jusqu’à l’été 2021.

Actuellement nous sommes en préparation pour la sortie de notre 2nd album « First In, First Out » qui arrivera en fin d’année. Nous avons d’ailleurs sorti 2 singles « 215 » et l’éponyme « First In, First Out » que vous pouvez écouter sur Spotify, Deezer, Apple Music, etc... et visionner sur Youtube

699380.jpg (81 KB)

Du Thrash voici ce que joue ANTAGONISM, mais c’est assez rare aujourd’hui, d’écouter ce style de thrash. Thrash à l’ancienne oui, mais pas crossover comme Municipal Waste, ou hyper old school et roots, comme beaucoup aiment à le jouer en France, tels les vieux Sodom, Destruction, Kreator…

Non, on a la sensation que vous avez été plus bercés par le Thrash américain, avec des guitares un peu plus mélodiques. On n’ira pas parler du big four, mais plus de la scène américaine de seconde zone, cette scène menée par des groupes tels que Atrophy , ou encore Heathen , (mais pas sûr que vous la connaissiez) ou encore la scène plus contemporaine, des années 2000 telle que Havok, ou Warbringer . Du coup, quelles sont finalement vos écoutes, car vu votre jeunesse, êtes vous allés chercher les groupes phares des années 80’s ou pas du tout ?

Photo_0008.jpg (46 KB)Pour le coup, nous avons chacun nos propres influences ! Pour résumer la chose, Dylan est l’esprit Thrash Old-school il tire principalement ses compositions de groupes allant de MEGADETH à HEATHEN (Bien-sûr qu’on les connaît, jeunes mais pas incultes ! Hahaha). Félix a des influences en grandes partie prog pour ce qui est du metal mais comme il est un grand théoricien (Master 2 en musicologie le bougre) il apporte aussi énormément d’influences de styles différents (flamenco, blues, jazz, etc.).

Renan écoute en grande majorité du metal, très peu d’autres styles (95 / 5 % en termes de ratios) donc il apporte pas mal d’influences en termes de « violence » venant principalement de groupes de Death et de Black. Quant à moi, je dirais que j’apporte le groove (original ça pour un batteur tu me diras), j’ai énormément d’influences « batteuristiques » car j’écoute autant de metal que d’autre styles et marche principalement au feeling, mes groupes du moment sont LANDMVRKS (Flo le chanteur à produit notre EP, c’est fou de voir où ils en sont aujourd’hui), GOJIRA et TERRIFIER.

Après on est bien sûr influencés par les pionniers du Big 4 et par les groupes actuels qui renouvellent le style, HavoK, Warbringer, Exmortus, Crisix, Dust Bolt, Evil Invaders, Insanity Alert et tellement d’autres !

A l’écoute de votre premier Ep « Thrashocalypse », sorti en 2018, on se rend compte que c’est propre, c’est bien écrit c’est bien produit également. Ça a l’odeur des grands noms, si l’on se penche vraiment sur vos morceaux, comme « Speed hammer ». C’était important pour vous de sortir une première production, déjà ultra professionnelle au niveau de la production, mais aussi de l’écriture ?

Carrément, on s’est dit « ok les gars, on fait du thrash mais c’est pas une raison pour que ça sonne pas » du coup on a cherché à avoir une production moderne et on était servi avec Flo de LANDMVRKS qui a son propre studio le « Homeless Records » et qui a fait un super taff.

Ceci dit avec six titres, pourquoi finalement avoir opté pour un simple Ep cartonné ?

A ce moment là, on avait pas encore beaucoup d’argent pour produire un album et du merch, donc on a fait avec nos moyens et on s’est dit que ce serait bien comme carte de visite d’un tout nouveau groupe d’avoir un format carton qui paie pas de mine mais qui à l’écoute provoque des « WOW WOW c’est qui ça ? ».

000028.JPG (60 KB)

Le thrash a toujours eu cette étiquette politisée, comme le grind core, dans le sens où bien souvent, il s’agit de préoccupations sociétales. Est-ce que le titre « 49-3 » en est un parfait exemple ?

Alors carrément, 49.3 en est le parfait exemple, on donne clairement notre avis dans la plupart de nos lyrics, après on ne se limite pas à la politique, on parle d’environnement de problèmes sociétaux, et même des fois simplement de rouler vite (écoutez 215 hahaha) !

Photo_0034.jpg (35 KB)« Point of No return » de Havok, pour un premier EP, pourquoi ?

A ce moment là on était allé voir HavoK jouer au Rat’s (RIP) à Puget-sur-argens, on avait pris une claque monumentale, et on s’était dit que ça pouvait être cool en live d’avoir une reprise car 5 titres ça pouvait être juste parfois, on a donc demandé la permission à HavoK et ils ont accepté tant qu’on les créditait, je te raconte pas la joie quand on a reçu leur réponse !

Deux ans plus tard, en 2020, il y a eu une grosse évolution. « World on disease » a pris rapidement de la bouteille, et vous vous êtes éloigné du thrash traditionnel dont on parlait tout à l’heure, pour donner une couleur plus technique , plus speed , plus sombre à votre musique. Est-ce que vous l’avez ressenti quand vous avez écrit cet album ? On n’est pas chez Sadus des débuts, mais on s’approche plus d’un « Elements of anger ». Comment vous avez écrit deux ans plus tard cet album de onze titres ?

Pour ce qui est de la composition pure, on met la tous la main à la pâte. Ce qui explique les nombreuses influences ressenties sur World On Disease. Pendant la composition on vivait aussi beaucoup d’évènements pas rigolos du tout mondialement et nationalement, je pense que ça a joué sur notre état d’esprit et c’est ce qui à fait cet album.

On compose également en permanence, on note tout et on se fait des sessions compo à plusieurs mais également chacun de notre côté. Ce qui fait qu’on à tendance à rapidement avoir beaucoup de matière avec laquelle travailler, World On Disease a été composé en totalité sur 2 ans, mais la plupart des morceaux on été finalisés quelques semaines avant d’entrer en studio, certains même quelques jours avant.

Photo_0019.jpg (40 KB)

D’ailleurs pas un seul titre du EP, ce qui veut dire, que vous débordez d’inspiration pour écrire de nouveaux morceaux, du coup, avez-vous eu envie de proposer entièrement quelque chose de nouveau, on sent qu’il y a presque de la dissonance dans certains riffs, une technique, qui voudrait se rapprocher des atmosphères à la Coroner. Quel était l‘état d’esprit de « World on disease » ? Est-ce que le titre et la pochette sont intimement liés à la pandémie covid , vu qu’il est sorti pile au bon moment pour passer inaperçu ?

A ce moment la clairement on était négatif sur l’avenir (et on avait pas tort visiblement) la grande majorité des titres parlent de morts, de décadence, de maladies.. que des trucs joyeux quoi ! Associé au fait que l’album est sorti 3 semaines avant le premier confinement et est totalement passé sous les radars, ça nous à mit un coup, mais on s’en est relevé avec quelque chose d’encore mieux à mon sens. Pour la petite anecdote on aime en rire en disant qu’à notre manière on a prédit l’avenir ! J’espère d’ailleurs pour l’humanité (et pour l’avenir du groupe) que ça ne se reproduira pas avec le prochain album hahaha !

847717.jpg (174 KB)

Le fait qu’il n’y ait pas le titre sur la pochette ou sur les côtés du cd est voulu ? Vous l’expliquez comment ?

Alors le titre est caché dans l’artwork, il est gravé sur un des côtés de la table basse (subtil subtil!). Effectivement il n’est pas sur le côté de l’album, on s’est dit que ça changerait un peu de format par rapport aux autres albums !

Cet album dure une heure ! Une heure de thrash comment avez-vous appréhendé cette longueur bien souvent réservée aux groupes de doom ?

C’est extrêmement long pour du thrash c’est vrai ! Sur le moment on ne s’en était pas rendu compte, l’album devait même avoir un 12ème titre et dépasser l’heure, heureusement qu’on ne l’a pas mis ! En tout cas sur le moment on était ultra chaud et on reste fier d’avoir sorti cet album même un poil long.

000040 (1).JPG (40 KB)Vous aviez enregistré votre premier EP au Homeless Records et votre album au Artmusic studio , masterisé au Kolhekeller Studio, changement de style, pourquoi ce mouvement de travail ?

On avait beaucoup aimé travailler avec Flo, pour l’album on avait plus de moyens financiers donc on a voulu monter d’un cran dans la production, d’où le choix d’aller chez Sébastien Camhi.

« Toxic wasteland », introduction à la Suicidal Tendencies, parfaite maîtrise de l’atmosphère, et plutôt à contre courant de ce qu’a pu écrire ANTAGONISM. Quand on écrit ce genre d’introduction, a-t-on envie d’en rajouter, ou au contraire on se freine pour ne pas sombrer dans l’effet pervers du gnan gnan actuel ? En plus quand on avance dans le morceau, il est autrement plus speed et violent en fait non ?

En fait si tu veux on appréhende pas la composition de cette manière, tout se fait au feeling, évidemment on essaie de se cadrer et de respecter certains codes, mais si l’intro de Toxic Wasteland est comme elle est, c’est qu’au moment de la composer c’est la version qu’on a le plus aimée ! Concernant le reste du morceau qui est plus speed et violent, en fait on aime bien ce délire, sur « speed hammer » on avait fait un peu la même chose, ça commence tranquille et d’un coup BAM violence !

Bon nous voici, dans l’actualité, vous avez sorti un nouveau titre cet été, « First in first out », dirigé par Disclosure Productions, qui subjectivement me rappelle la belle époque de Mortal Sin, je suppose, que c’est annonciateur d’un nouvel album ? Alors qu’en est-il ? Titre ? Sortie ? Pochette ? C’est pour quand avec qui et comment ?

Tout a fait, c’est fou mais je réponds au questions avant d’y arriver (c.f question 1) haha ! Donc OUI, ANTAGONISM va sortir son 2nd album studio !

Son titre ? « First In, First Out ».

Sa sortie ? Fin d’année 2023, a vrai dire on organise actuellement la release party et la question qu’on se pose c’est de savoir si on sort la bête quelques jours/ semaines avant ou le jour même.

Pochette ? Oh oui, elle est au moins aussi thrash et old-school que les deux précédentes, mais on s’est permis quelques petits caprices sur celle-ci, comme d’avoir un portrait de nous peint sur la face arrière.

C’est pour quand avec qui comment ? Je pense avoir répondu plus ou moins à cette question hahaha, mais je résumerai la chose comme suit : First In, First Out”. Zombies, Weapons & Anger. 38 min of Kicking Ass Thrash Metal. Fuck You.

Photo_0078.jpg (38 KB)

Photo_0083.jpg (53 KB)

Je vois que vous avez rebossé avec Sebastien Camhi at Studio Artmusic et Kai Stahlenberg au Kohlekeller Studio pour la masterisation. On ne change pas une équipe qui gagne , c’est devenu une valeur sûr pour vous ? Pourquoi ?

Clairement, Sébastien et Nicolas a.k.a Ranko qui l’assiste sont devenus de bons amis et on aime beaucoup travailler avec eux. Ils ont toujours une écoute objective et sont de très bon conseils.

Photo_0124.jpg (48 KB)« First in, First out » proximité avec Exodus « Blood in blood out » ? Ou rien de tout ça ?

Alors au niveau du titre on s’est inspiré de la grande distribution, dans les magasins alimentaires c’est toujours les dates de péremption les plus proches qui sont mises en avant c’est le « premier arrivé, premier parti » → « First in, First out » et on a trouvé ça marrant de faire un parallèle entre cette règle et ce qu’on raconte dans nos morceaux. C’est aussi vrai qu’il y a une ressemblance avec Exodus et si ça nous permet de jouer avec eux un de ces quatre ce serait incroyable !

Sur ce morceau la hargne est bien présente, et vous avez , en plus d’un solo guitare malmsteenien et d’un passage basse ultra classe, vraiment bossé les changements . Du coup nouvelle étape pour ANTAGONISM dans sa manière d’écrire ? Est-ce que vous l’avez ressenti comme ça ?

Clairement, on compose toujours de la même façon mais contrairement à ce que je disais plus haut on fait beaucoup attention à la globalité des morceaux et surtout à la place du chant dans tout ça.

Photo_0126.jpg (36 KB)

Avec la guerre en Ukraine, la pénurie, l’augmentation des prix, l’inflation….Vous le sentez comment pour promouvoir ce prochain album ? Qu’est-ce qui est prévu en matière de concerts pour vous ?

Honnêtement, ça fait matière pour le prochain déjà hahaha ! C’est sur que ça risque d’être plus compliqué, mais on est ultra motivé, on va organiser des concerts, le plus possible et essayer de partir en tournée en Europe en 2023. En tout cas on va essayer de propager le virus « First In First Out » par tous les moyens possibles ! Si vous lisez ça et que ce que j’ai écrit jusqu’à maintenant vous parle, n’hésitez pas à contacter ANTAGONISM, nous sommes ouverts à toutes reviews, interviews, passages radios, partenariats, etc.

Fin de l’entrevue, le mot de la fin est à toi.

Merci à toi de nous avoir accordé cette interview, ça fait plaisir d’être de retour et on à hâte de vous présenter First In, First out en live !

Suivez-nous sur les réseaux : https://linktr.ee/antagonismthrashofficial

N’oubliez jamais, la musique live c’est vous, sans public les groupes ne sont que silence !

Thrash Rules .

You rules.

Liens :

https://www.facebook.com/AntagonismThrash/

https://www.youtube.com/channel/UCGuKTTr1MrTyVkRg0UrZLcw/featured

Arch Gros Barbare

26/09/2022