SPLIT WRATHRONE / SPIRAL WOUNDS / NECRODIUM -Back to the 90's Ols school death metal -


22 août 2023

SPLIT WRATHRONE.jpg (125 KB)

GROUPE: Split WRATHRONE/SPIRAL WOUNDS/NECRODIUM

TITRE ALBUM: Back to the 90 ‘s Old-school death metal

LABEL: Great Dane Records

DATE DE SORTIE: 2023

Un peu à la sauce Earache avec « Gods of grind » ou encore « In the eyes of death » de chez Century Media, Great Dane Records aura donné au death old school son petit split album plutôt roots et totalement agréable à écouter. En effet, cette année voit sortir ce split de groupes très « old school » en matière de death metal comme son nom l’indique, et celui avec des oreilles velues et au poil hirsute qui aura l’opportunité de découvrir les trois groupes présents, pourra se rendre compte de l’hommage qui est fait ici, à la gloire d’un death metal forgé dans les entrailles de montagnes légendaires où l’ont travaillait le riff pour qu’il soit putride et pas forcément ultra rapide ou ultra brutal.

D’abord qui de mieux pour illustrer ce split d’anthologie que l’un des meilleurs dessinateurs actuels de l’hexagone en matière de zombification et autres imageries démoniaques en décomposition que le sieur Sébastien Mockers (ex-Inhumate, ex-Beyond The void) à la voix non moins gutturalement charismatique et au coup de crayon inimitable (voir Slave One) activiste actuellement chez Crypt Of Dr Gore (fanzine papier réservé aux musiques extrêmes) ?

Le titre et l’imagerie, ne laissent donc aucun doute sur l’attente de son contenu. Ici le choix s’est porté sur les finlandais de WRATHRONE, les italiens de SPIRAL WOUNDS et enfin NECRODIUM, encore des casques à pointes venant de Finlande. Autant vous attendre à de la finesse, et mieux vaut rester en mode reptilien pour les presque cinquantes minutes à venir, parce que les onze morceaux présents sur ce split seront aussi gras que de la fricadelle, très calorifiques même si on s’en balleke.

WRATHRONE ouvrent le bal. Les finlandais avaient sorti leur maléfique troisième album « Eve of infliction » chez Great Dane Records notamment, en 2021, et ça avait cassé de la rondelle de princesse. Death traditionnel, sonorité bien évidemment nationale, avec l’état d’esprit qui va bien typique à ce pays dont quelques noms dans le style resteront à jamais gravés dans les mémoires de puristes.

Ici WRATHRONE propose trois nouveaux titres de qualité exceptionnelle, enregistrés mixés et masterisés en avril 2023 par Danil Venho, et rien que pour ces trois morceaux ce split est tout simplement in-dis-pen-sable pour ceux qui aiment le death metal des 90’s. WRATHRONE maîtrise son sujet, les vocaux de Matti Vhemas sont une ode à la mort, un chant de sirène des enfers, tandis que l’inspiration, la mélodie des guitares ultra agonisantes rappellent les heures les plus sombres du death traditionnel à l’ancienne. La prod est incroyable de moisissure, ce groupe mériterait d’être tellement plus connu.

SPIRAL WOUNDS, peut-être moins attractifs sur leur premier album « Shadows » sorti en 2022, s’affairent à prendre la suite de WRATHRONE, et ce n’est pas chose facile. C’est un groupe assez récent dans son existence, avec une rythmique certes death/thrash, mais déjà plus moderne que ses prédécesseurs. On sent une nette différente dans la mélodie, même si le côté mélancolique demeure quelque chose d’omniprésent dans le death metal de SPIRAL WOUNDS. Mais l’intérêt de la présence des italiens sur ce split vient plutôt du fait que SPIRAL WOUNDS propose ici les quatre titres de leur ep ou demo sorti en 2021. Donc pas de grande surprise question nouveauté, mais un rythme de croisière somme toute adaptée à la capacité d’ingurgitation des bas du front et certainement un petite préférence pour un titre comme « Step across » qui vient chercher la nostalgie en donnant la larme à l’oeil à l’écoute de son contenu. Dans un style loin de l’italie, et plus proche de la scandinavie ce ep se fait remarquer grâce à ce titre vraiment traditionnel dans son atmosphère qui porte sur ses épaules la responsabilité des quatres titres. Bon ce n’est pas totalement vrai, parce que « Uber feral winds » fait dresser le poil avec son riff d’introduction, tout comme la musicalement mélodique « The spire ». Finalement d’écouter les quatre titres de ce ep, cela permet d’avoir un avis différent et presque opposé sur la musique de SPIRAL WOUNDS.

NECRODIUM. Autre paire de manches. Les finlandais apportent un style encore différent pour terminer ce split. Ça speede et ça file comme une diarrhée virale sur une aire d’autoroute avec une queue de dix personnes avant de pouvoir accéder à des chiottes sans papier.

NECRODIUM qui existe depuis dix sept ans ne fait pas dans le napperon et n’enfile pas de perles, il préfère te les mettre. Ce groupe n’a pas sorti grand-chose en matière d’album, puisque « Remnants » sorti en 2015 est l’unique long métrage de trente minutes, pourtant de la démo et du split , ils en ont à revendre.

Et c’est servi dans une fange souillée au riff brutal mais presque « gorifique » que NECRODIUM vient purger sa dégueulasserie sur quatre titres inédits que l’on ne retrouve nulle part sur les diverses démos et qui ont été enregistrés au gré des saisons entre 2018 et 2023.

ça burine bien et ça « sang » la sueur au niveau du riff, et si « Carnal addiction » pose la base de la violence, c’est plutôt « Compulsive mutilating disorder » qui laisse apparaître le vrai visage de NECRODIUM.

Danse macabre avec les morts, Love story dans le mausolée, ou encore The voice dans la nécropole, voilà ce que proposent les finlandais. Là encore de la vieille prod crapuleuse sur un death metal bien puissant vient se coller comme le pain de mie sur tes dents au fond de la gueule avec « Modern crucifixion » aux relents plus proches de l’Inquisition que de la papa-mobile, comme son nom ne l’indique pas du tout.

Quatre titres quatre instruments de torture espagnole, en matière de barbarie NECRODIUM préfère les valeurs sûres.

Un très bon split qui se mange sans faire la moue, et qui s’apprécie sincèrement comme un petit dej le premier jour des vacances chez mamie, avec nostalgie et cette odeur de vieille qui sent la pisse inscrutée dans la tapisserie, pendant qu’on boit la chicorée.

Arch Gros Barbare

22/08/2023